Grosse tête = Réseau social important?

18 août

Comment savoir si nous avons beaucoup d’amis?

Plusieurs solutions: Cumuler nos statistiques sur les réseaux sociaux ou… évaluer la taille de notre cortex orbitofrontal.
Telle est la logique de Robin Dunbar afin de dénombrer nos connections sociales.
Plus grosse sera la "zone sociale" de votre cerveau, plus vous aurez de capacités à gérer un grand cercle amical.

Il existe d’autres théories comme la théorie de l’esprit qui désigne les processus cognitifs permettant à un individu d’expliquer ou de prédire ses propres actions et celles des autres agents intelligents. Cette aptitude enrichit qualitativement les interactions sociales (communication, collaboration, compétition, apprentissage, etc.), et relève de la cognition sociale.

En somme, une théorie de l’esprit prononcée chez un individu ainsi qu’un cortex préfrontal importants seraient donc les prédicteurs d’une sociabilité exacerbée.

Mais, en quoi est-ce intéressant?

Si on pouvait identifier ces personnes, alors ces données pourraient aider les entreprises et publicitaires dans leur travail d’adoption de produits par exemple.

Gardons peut-être la théorie telle qu’elle est pour le moment car la mise en pratique risquerait d’être éthiquement controversée.

Sources: Read Write Web & Regards sur le Numérique.

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 623 followers

%d bloggers like this: